Normand Maurice : des hommages et une nouvelle bourse

03 décembre 2014

Normand Maurice : des hommages et une nouvelle bourse

«Pour que nos mémoires ne perdent pas la trace de ce grand homme, nous, à la Commission scolaire des Bois-Francs, souhaitons instituer la Bourse Normand-Maurice», a annoncé la présidente Paulette S. Rancourt à la centaine de convives réunis sur la montagne au Pavillon Arthabaska.

Chaque année, la CSBF remettra cet honneur à un élève qui se rapproche le plus des valeurs du CFER Normand-Maurice : la rigueur, le respect, l’effort, l’autonomie et l’engagement.

article 2

Parlant de Normand Maurice, Paulette S. Rancourt a fait valoir qu’il était de cette trempe d’enseignants qui, non seulement représentent un modèle pour les élèves, mais pour toute la société. «Normand Maurice voulait s’assurer que les élèves en difficultés complètent un parcours scolaire leur permettant de travailler et d’occuper fièrement et dignement une place au sein de la société», a-t-elle souligné, tout en précisant la «vision claire et lucide» qu’il avait, cette «conviction profonde» qui l’animait et «sa volonté à toute épreuve».

«Mû par une fougue sans pareil, un humour inénarrable et une bonhommie souvent narquoise, il a réussi à mettre en place une façon d’enseigner aux jeunes en difficultés pour créer ce qu’on a appelé l’Atelier de culture qui a ensuite donné naissance au CFER. En 2007, le CFER portera désormais son nom. Nous voulions l’ancrer dans l’histoire», a précisé la présidente de la CSBF.

«En fait, a-t-elle ajouté, le CFER ne constitue qu’une amorce de son œuvre. Normand Maurice a contribué à convaincre la population entière, celle des Bois-Francs, à se mettre à la récupération. Les gens s’y sont mis au point que c’en est devenu une réputation.»

Paulette S. Rancourt a remercié toute personne qui, en posant un geste, accorde une importance au développement durable. «Les habitudes ont changé, un geste à la fois. Notre société, portée par l’inspiration de Normand Maurice, a grandi un élève à la fois. Il est de notre responsabilité, a-t-elle confié, de nous rappeler que les actions permettent de donner foi aux paroles. C’est ce qu’il faut tenter de faire en hommage à l’œuvre de Normand Maurice.»

Invité comme conférencier, le député fédéral et sommité en matière d’environnement, Stéphane Dion, a rappelé les qualités d’orateur de Normand Maurice, son charisme, sa conviction. «Il savait capter une foule, a-t-il dit. Il est le Père de la récupération, mais il a aussi été en mesure de récupérer beaucoup de jeunes. Les pratiques exemplaires d’aujourd’hui doivent devenir, dès demain, des pratiques normales. Voilà le plus beau cadeau qu’on puisse faire à l’œuvre de Normand Maurice.»

Pour lire l’article complet, cliquez ici